Chanson douce par Leila Slimani

Je viens de finir le prix Goncourt. Il se lit vite, ce n'est pas un roman fleuve





Voici le résumé :

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer.  

Le roman commence par la fin. On n'a donc pas d'effet de surprise, on sait tout de suite de quoi il retourne. Je m'attendais donc à un lent développement de la psychologie du personnage de Louise, la nounou, une découverte de son personnage qui me permettrait de comprendre POURQUOI. Il est vrai que l'atmosphère devient de plus en plus lourde au fil du roman.

Quant aux personnages, c'est pareil. je ne me suis pas trop étonnée de ne pas trouver sympathique ni le père (absent), ni la mère (voulant le beurre et l'argent du beurre), ni même les enfants. Je voulais, je voulais vraiment, trouver la nounou sympathique, me dire à la fin, "je comprends pourquoi elle a fait ça, la pauvre", elle est devenue folle, sa vie était difficile mais là encore, rien. Cette femme n'a pas eu une vie plus dure que beaucoup d'autres mais a commis l'irréparable. Il y a quelques moments, comme celui ou elle supplie la voisine de lui prêter de l'argent, ou j'ai eu un peu de pitié. 

Au final, les gens qui comme moi, voulaient une explication, n'en auront pas ou pourront s'en trouver une parmi les différents événements qui marquent la vie de Louise. J'ai lu ce roman très vite, il se lit bien, mais sa fin en "queue de poisson" sans vraie résolution, était sans doute ce que voulait l'auteur : raconter un crime comme ils sont racontés dans les rubriques du journal...On ne rentre pas vraiment dans la tête du personnage principal, on n'assiste pas en direct à la scène finale, on la connait seulement par ses conséquences, ou par des témoignages de voisins qui ont entendu des bruits.

Je mets la note de 3/5. Bien que l'écriture soit fluide, cette histoire m'a rendue mal à l'aise plus qu'elle ne m'a fait réfléchir. De plus je m'attendais à plus de poésie ou de prouesse purement littéraire pour un Goncourt.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mousse-crème au chocolat

Terrine de canard aux fruits secs

King's Canyon, c'est Yosemite en miniature