Journée du droit des femmes : le droit de ne pas avoir d'enfant



Bien sur me direz-vous c'est un droit, chacun fait ce qu'il veut on est en démocratie. Mais choisir de ne pas avoir d'enfant, si c'est un droit, est aussi (toujours) une tare. C'est un droit, ou un choix, mais la pression sociale et le conditionnement sont tels que faire un autre choix n'est pratiquement pas envisageable sans savoir à l'avance qu'on sera mise à l'index, questionnée, regardée de travers, considérée comme "incomplète".

En lisant ce qui est écrit ci-dessus vous vous direz peut-être "elle n'a pas d'enfants, elle sait de quoi elle parle". En fait, je ne le sais que partiellement. Je ne prétends pas savoir ce que ressentent les femmes qui ont choisi de ne pas être mères mais ayant fait le choix de n'avoir qu'un seul enfant, il y a des choses que j'ai en commun avec elles.

Pour certaines femmes, avoir un enfant est tellement magnifique, merveilleux, "life changing", épanouissant, qu'elles ne comprennent pas que d'autres ne puissent pas ressentir la même chose et "ratent ça". C'est voir les choses par le petit bout de la lorgnette : inversons-la plutot et élargissons le champ. Combien de femmes ont un enfant par obligation? Sans doute beaucoup, mais personne n'en parle. Combien de femmes regrettent d'avoir eu un enfant? Sans doute beaucoup aussi. Combien de femmes ne sont pas faites pour être mères? Encore quelques unes. Il n'y a qu'à voir le nombre de maltraitances, ou simplement d'enfants malheureux, pour le savoir. Mais apparemment avoir des enfants est tellement important que peu importe le nombre de victimes collatérales.

Le conditionnement des femmes est tel qu'on pense toutes vouloir (ou devoir vouloir) un enfant. Certaines les ont très tard (et de plus en plus) pour pouvoir profiter de la vie (dans mon cas je l'ai eu très tot et je trouve que je profite plus de la vie maintenant, mais c'est une autre histoire). Certaines se rendent malades parce qu'elles n'y arrivent pas et font traitement lourd sur traitement lourd (dans certains cas elles veulent vraiment être mères, mais y a-t-il un petit pourcentage parmi elles qui sont si conditionnées qu'elles pensent devoir avoir un enfant pour "être comme les autres"?). La pression sociale est énorme mais personne n'y réfléchit jamais, dès qu'elles sont petites on dit à nos filles "quand tu auras des enfants", jamais "si tu as des enfants".....Cette pression sociale est due en grande partie aux femmes elles-mêmes. Alors balayons devant notre porte, aussi. Ca me fait penser aux femmes en Afrique qui perpétuent la "tradition" de la mutilation sexuelle pour que leurs filles puissent "trouver un mari"....Ce n'est bien sur pas au même niveau mais ca relève du même processus de pensée et de conditionnement.

Un autre signe de conditionnement est pour moi le fait que beaucoup de femmes ont deux enfants (je ne critique pas, je constate, et vous l'admettrez, c'est un fait) : pourquoi deux. Pourquoi pas un, ou trois ou zéro. Parce que le chiffre est socialement acceptable : 0 ou 1 et on ne vous laissera pas en paix; 3 ou plus et on vous critiquera aussi. 2, c'est le renouvellement des générations. Inconsciemment, encore une fois, on le sait, et on fait donc "ce qu'il faut" pour être acceptée dans la société. A heir and a spare comme on dit en Angleterre.

Ma propre fille ne veut pas d'enfants. Je ne l'ai jamais poussée à en avoir; pour moi, l'état de l'environnement, de l'économie, la surpopulation sont des arguments bien suffisants pour lui donner raison. La seule chose qui me gêne est que socialement, cela lui mettra des obstacles sur sa route (mais lui en enlèvera aussi)....par exemple, trouver un partenaire sera beaucoup plus difficile car beaucoup d'hommes veulent aussi des enfants (quoique peut etre moins que les femmes!), et elle risque donc de voir ses choix diminués dans ce domaine. Ce qu'on gagne d'un coté on le perd de l'autre. Et c'est plus souvent le cas, hélas, pour les femmes que pour les hommes. "Having it all" est un rêve toujours pas atteint pour nous, et dans ce domaine plus particulièrement, encore plus peut-être que dans celui du travail.


Commentaires

  1. Clap clap clap ! Bravo pour ce billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci ca fait plaisir de voir que je ne suis pas seule!

      Supprimer
  2. Je suis 100% d'accord avec toi au sujet du conditionnement! J'ai deux lutins et parfois je me demande si nous avons réellement fait le bon choix, vu le monde dans lequel on vit! Chose que plus jeune, je ne prenais absolument pas en considération!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi. Avant d'avoir un enfant j'etais tres insouciante et idealiste. Maintenant je me dis "mon Dieu qu'est ce que j'ai fait?" Dans quel monde va-t-elle vivre....

      Supprimer
  3. Bravo! Tres bien souleve le pb du conditionnement. Le conept que tu ne peux etre une vraie femme si tu n'es pas mere...Une fois j'ai lu un article qui disait que les Allemandes (qui deja n'en ont pas beaucoup) regrettent souvent d'en avoir...
    Je fais partie de celles qui en voulaient 3 ou 4 et qui au bout du compte n'en ont qu'un (la vie....ses hauts, ses bas...). Par contre, je crois que je prefere restee optimiste. C'est vrai que le monde est pas top, mais du coup, ca me force a me bouger moi, a mon niveau pour non seulement changer les choses, mais aussi pour lui transmettre des valeurs et des outils pour que elle, elle change les choses aussi.

    RépondreSupprimer
  4. Très chouette article. Pour le coup, nous disons à notre fille "si tu as des enfants", rapport à ma sœur qui n'en a pas - et on lui explique bien qu'on peut être adulte sans être parent.
    Il y a un dossier sur la natalité dans le journal « Causette » de février que j'ai beaucoup aimé, sur le coût écologique d'avoir un enfant, et de la politique nataliste de la France. Le control des naissances, un autre sujet tabou mais qui mériterait d’être débattu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lily. Je trouve aussi que le controle des naissances et la surpopulation sont des sujets extremement tabous alors qu'ils touchent a tous nos problemes d'aujourd'hui (manque de ressources pour tous, immigration, education etc.). Cependant c'est un sujet tres dangereux pour les hommes politiques et aucun ne l'aborde pour cette raison.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Merguez maison/ Homemade merguez sausages

Terrine de canard aux fruits secs

Abonnement à une box cuisine